Heyy! Cela fait depuis un bout de temps que je souhaite vous présenter un livre qui a été pour moi un réel coup de cœur. Depuis quelques mois, mes lectures  ont légèrement baissé et plusieurs livres  où j’avais de nombreuses attentes m’ont déçu. Puis, j’ai finis par lire un livre qui a été toute une révélation: Les cerfs volants de Kaboul.

 

Amir et Hassan ont grandi ensemble dans la même maison, partageant leurs jeux, leurs fou-rires et leurs secrets. Ils se considèrent comme des frères de lait. Pourtant, les deux garçons  sont différents: Amir est le fils d’un homme riche et Hassan est son serviteur. Malgré tout, Hassan voue à Amir une admiration et une reconnaissance sans limites. Malheureusement, quand Amir commettra la pire trahison, leur amitié sera ébranlée. Mais jusqu’à quel point?

 

Dès les premières pages du roman, Khaled Hosseini et son style d’écriture remarquable nous transporte dans les années 70 en Afghanistan. Plus précisément, la colorée, amusante et riche ville de Kaboul, capitale de l’Afghanistan. On apprend à connaître cette ville sous son plus beau jour, où régnait la joie de vivre et la paix. Tout le long de notre lecture, on remarque à quel point Khaled Hosseini aime d’amour cette ville et son pays d’origine. Il m’a transmis son amour pour cette ville, au point que j’avais l’impression d’habiter dans cette capitale et de vivre avec Hassan et Amir toutes leurs aventures dans les recoins de Kaboul.

C’est dans cette ville où sont nés les deux petits garçons, Amir et Hassan. Ces deux-là se considèrent comme des frères de lait puisqu’ils ont bu le lait du sein de la même femme.  Ils n’ont pas de mères pour deux raisons différentes. Amir est le fils d’un riche entrepreneur afghan et Hassan ,dont son père est le meilleur ami du père d’Hassan, est le serviteur de Amir. Par contre, celui-ci n’a jamais considéré Hassan comme un simple servant, mais plutôt comme un meilleur ami avec qui il partage tout.

Au début de l’histoire, on remarque qu’ Amir est jaloux de Hassan pour l’attention que son père porte à celui-ci. Il a l’impression de ne pas être la fierté de son père et il veut tout faire pour avoir la moindre attention de sa part. Lors d’une compétition prestigieuse de cerf volant à Kaboul, où tous les enfants du village participent pour gagner, Amir a la ferme intention de la remporter avec l’aide de Hassan. Malheureusement, suite à la compétition, un événement tragique va changer le cours de l’histoire.

 

Tout le long, on a l’impression que l’amitié des deux garçons ne pourra jamais être brisée, mais jamais on aurait vu venir le triste incident qui va surgir. À tel point que cette belle histoire qui semblait parfaite  tourne au cauchemar. D’ailleurs, la guerre commence et les talibans envahissent Kaboul.

 

Je ne peux même pas vous dire le nombre de fois, où j’ai pleuré et mes yeux étaient rouges et boursouflés à cause des larmes. Moi, de nature sensible, lors de tragiques incidents, je n’ai pas pu retenir ma tristesse bien longtemps. J’étais tellement choquée à quel point l’être humain peut être cruel et commettre des gestes horribles à l’égard des autres. Je vous avoue qu’à certains moments, j’avais l’envie de donner un bon coup à un personnage et le crier dessus. Cependant, Khaled Hosseini nous fait rappeler que la vie est trop injuste et remplie de cruauté . Il y a bien trop de personnes qui sont victimes de la méchanceté des autres.

 

Oui, c’est un roman touchant et triste, MAIS on passe par plein d’émotions. Par exemples, la joie, la surprise, l’inquiétude et la surprise. J’aime ressentir plusieurs sentiments, j’ai l’impression de vivre encore plus l’histoire et d’en faire partie.

De plus, l’auteur a su nous faire imaginer tous les endroits et la ville de Kaboul. Il a mis l’accent sur les nombreux établissements et les places où les personnages se sont rendus. J’avais le sentiment d’être à côté d’Amir en découvrant le nouveau visage de ma propre ville après la guerre. C’est ce que j’aime le plus en lisant un bouquin, vivre l’aventure avec les personnages et j’imagine que vous aussi.

Finalement, ce que j’ai le plus apprécié ce sont les rebondissements dans l’histoire. Khaled Hosseini surgissait à chaque fois un nouvel élément qui bousculait le cours de l’histoire. En plus, j’étais toujours étonné de la suite des événements, je n’ai pratiquement jamais vu venir quelque chose. Bien que souvent c’était triste, je n’ai jamais été déçu de la tournure que l’histoire prenait.

Enfin, je recommande à tous ce livre, malgré que c’est dramatique. Je peux vous promettre qu’après votre lecture, vous ne verrez pas du tout les choses de la même manière. Pendant la lecture des Cerf- volants de Kaboul, on découvre  la triste réalité de vivre dans un climat où la terreur règne. Également, il y a de nombreux passages et citations touchantes qui nous portent à réfléchir.

 

Breffffff, ce livre dénonce  les mensonges véhiculés par des Hommes avides de pouvoir, d’orphelins privés d’enfance et notre ignorance envers des actes de cruautés, mais surtout  les milliers de vies innocentes volées par des hommes cruels et insensés.
Pour moi, ce roman m’a emporté plus haut que les cerfs volants de Amir et Hassan et m’ a touché profondément.

Le terrorisme et le mensonge sont les armes du faible, pas du fort.

-Gandhi

#PrayforManchester

Xx

Une fille au chocolat

 

 

Advertisements